L’avantage de ce substrat est de bien s’adapter à la fois fois à de grandes doses d’arrosage pour favoriser une croissance générative en hiver, et à des petites doses plus rapprochées en été pour privilégier le développement végétatif des plantes

Olivier Hurel

Grodan répond aux critères du concept d’éco-serres

L’installation de serres sur le site de Lapouyade, en Gironde, a été motivée par la possibilité de valoriser une énergie fatale. Entièrement dédié à la production de tomate grappe, ce site est géré par quatre paysans de Rougeline qui ont choisi Grodan.

 

Roseline et Christian Menegaldo, Bruno Taupa et Olivier Hurel sont quatre Paysans de Rougeline qui se sont associés (GIE de Brock) pour investir dans la construction de serres à proximité de l’installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND) de Lapouyade (33), un site géré par Véolia. Ce site produit de l’électricité à partir du biogaz généré par la fermentation des déchets. Il alimente 8 moteurs de production électrique (7MW) dont le système de refroidissement produit à son tour une eau à 85°C utilisée pour le chauffage des serres. La construction des serres a démarré en 2015 par une première tranche de 4 Ha livrés en novembre, avec un début de récolte en février 2016. Une extension de 4 Ha supplémentaires est en cours de construction en prévision des plantations de novembre 2017.

 

La logique d’une économie circulaire profitable

L’installation sur ce site a été motivée par la possibilité de valoriser une énergie fatale et de construire un projet qui s’inscrit dans la logique d’une économie circulaire profitable. Ce projet répond donc aux critères du concept d’éco-serres développé par Rougeline, concept qui consiste à optimiser la production de tomate tout en améliorant les impacts environnementaux par le recours à des énergies renouvelables, mais aussi par la mise en œuvre d’une protection biologique, d’une fertilisation raisonnée, d’une réduction de la consommation en eau, d’une gestion des déchets maîtrisée… En toute logique, et en s’appuyant sur leurs expériences antérieures, les associés du GIE de Brock ont choisi de travailler avec Grodan. Ils ont opté pour des pains Grotop Master de 10 cm de haut, associé à des cubes Plantop fournis à leur demande par le producteur de plants. « L’avantage de ce substrat est de bien s’adapter à la fois fois à de grandes doses d’arrosage pour favoriser une croissance générative en hiver, et à des petites doses plus rapprochées en été pour privilégier le développement végétatif des plantes », souligne O. Hurel. « En prime, la qualité de la fibre NG2.0 améliore encore la capacité de réhydratation du pain et permet une remontée plus rapide du taux d’humidité, une caractéristique particulièrement utile en période hivernale. »

 

L’intérêt d’un regard extérieur

Après avoir tester l’an dernier le système de mesure Grosens en version portable, le GIE de Brock a installé cette saison le système Grosens Multisensor à raison d’un capteur par hectare. « Cela nous permet de suivre l’état du substrat en continu et de mieux gérer le rythme des arrosages », explique Simon Desbordes, chef de culture. « L’étape suivante sera d’installer l’application e-Gro et de pouvoir accéder à tous moments à nos données via internet », poursuit-il en précisant qu’il reste quelques problèmes de réseau à résoudre dans les serres.

Parmi les services proposés par Grodan, Simon Desbordes apprécie tout particulièrement le suivi technique assuré régulièrement par Ben Nikaj. « Il apporte un regard extérieur sur l’évolution de la culture qui est toujours intéressant et complémentaire par rapport au suivi technique assuré par Rougeline. Son expertise nous a permis de résoudre récemment un problème de fragilité des grappes en abaissant les consignes de température au lever du jour. Effectivement, nous avons constaté une légèrement diminution de la longueur des pédoncules ».

grodan